Le Zanclus à Scapaflow

Au nord de l’Écosse, entre l’Atlantique et la mer du Nord, se trouvent les « Orkney Islands », « Orcades » en français.
Importante base navale britannique, c’est aussi à Orkney, dans la baie de Scapa Flow, que la flotte de haute mer allemande, prisonnière à la fin de la première guerre mondiale, s’est sabordée le 21 juin 1919.

Malgré les opérations de renflouage importantes entre les deux guerres pour récupérer le métal des navires, Scapa Flow abrite encore 7 monstres d’acier qui en font un haut lieu de la plongée sur épaves. Outre les 7 gros navires allemands et les immenses tourelles à canon qui sont les seuls restes du Bayern, on trouve aussi dans la « Burra Sound » voisine des bateaux plus petits coulés à plus faible profondeur pour bloquer l’accès à la baie. Moins massifs que les Dresden, Brummer, Cöln (sic) et autres, ces « block ships » moins profonds sont aussi nettement plus lumineux et se prêtent magnifiquement à la photographie.

Scapa Flow, c’est une météo changeante mais finalement clémente pour nos plongeurs du Zanclus, de magnifiques plongées entre 30 et 40 m sur des épaves auxquelles les photos ne rendent que partiellement justice, énormément de vie sur les épaves, des canons, des turbines, des moteurs, des gouvernails de 4 m de haut… C’est aussi 2 plongées à l’étale sur le Gobernador Bories et le Tabarka, aux entreponts immenses et largement ouverts pour accueillir les plongeurs.

Nous avons fait à Scapa des plongées finalement moins « sportives » que prévu, mais qui nécessitent malgré tout une bonne maîtrise et un contrôle rigoureux des paramètres. Des plongées qui auraient été nettement plus courtes et pesantes sans le Nitrox, idéal pour les plongées entre 30 et 40… Je ne peux que recommander à nos nouveaux brevetés la formation Nitrox qui sera organisée cet automne au Zanclus ! Et évidemment, dans une eau à 12º, seuls les plus téméraires font 12 plongées en 6 jours en combinaison humide. Aucun incident ni même de situation délicate sur ces 12 plongées, au grand soulagement de l’organisateur qui adore qu’un plan se déroule sans accrocs.

Et comme le montrent les photos, nous avons aussi passé 10 jours de bonne humeur et de dépaysement dans un pays magnifique, avec des pauses culturelles à Lindisfarne et Skara Brae et la découverte de la combinaison étanche « à la Tintin » pour notre réfractaire.

Bref donc : Orkney c’est fini, mais je crois bien que nous y retournerons un jour.

Nicolas, NAUI #58692